NON à certaine tolérance !

Publié le 13 Mars 2016

Je vais voter NON, rien que pour cette affaire de laïcité, introduit dans le projet de loi proposé par le Président Monsieur Macky Sall.

Pourquoi ?

On voulait croire ces polémiques d'un autre siècle définitivement derrière nous. Et que nous pourrions consacrer nos énergies à rassembler les citoyens de bonne volonté alors que le pays est déchiré socialement et culturellement. Cette offensive politico-religieuse pour certaine tolérance nous rappelle aux réalités. Plus que jamais cette laïcité du référendum du 20 mars 2016 se révèle comme l'outil d'un réel vivre-ensemble, BIEN, mais pas d’une tolérance aux appartenances sexuelles, non entre communautés aux droits différents, mais entre citoyens libres et égaux quelles que soient leurs appartenances sexuelles, leurs origines, leur couleur, leurs appartenances religieuses ou philosophiques. Comme le moyen de combattre tous les différencialismes comme par exemple les Homosexuelles et les gens normaux.

Pour pressentir le harcèlement de censure du différencialismes (entre les Homosexuelles et les gens normaux) qui nous attend, il suffit d’observer l’usage extensif des medias qui est fait, avant même le vote de la loi. Le fragile vote édifié à la hâte par le camp présidentiel d’être emporté. Préparerons-nous à faire face à l’apocalypse si jamais le OUI passe !

J’attire l’attention de mes concitoyens sur le projet de révision constitutionnelle qui entre autres mesures, comportent « L’intangibilité des dispositions relatives à la forme républicaine, la laïcité, […] ». Ces mesures menacent directement les fondamentaux de notre société. L’Islam et le Christianisme, religions dominantes au Sénégal se rejoignent sur ce point. Cette loi sur la laïcité fragile toutes les religions révélés. Que se passera t-il si cette forme de laïcité passe par une loi référendaire, irréversible, sans possibilité de le modifier dans l'avenir. Imaginez que demain, un groupe de l'obbye homosexuelle voudrait nous imposer des personnes ou clamer leur droit pour une reconnaissance ou une acceptation, ou même une intégration dans les hauts niveaux du pays ou de l’État, qui osera dire non et s'opposer contre eux, alors que la loi nous impose à les accepter et les tolérer. C'est maintenant qu'il faut dire NON. C'est la toute dernière chance que nous avons de les réprimer à jamais.

Les dirigeants politiques actuels prédisent qu’en pratique, il ne se passera rien. La tolérance aux appartenances sexuelles, une fois autorisé par la loi, avec CETTE LAÏCITÉ prendra un tel caractère de banalité que tous les préjugés tomberont. Autrement dit, il est persuadé que les sénégalais vont se convertir en masse à sa religion, sitôt que celle-ci sera devenue officielle. Il semble ignorer les leçons de notre histoire. Chaque fois qu’un gouvernement a essayé de forcer les consciences au nom d’une croyance d’Etat, il a attisé les refus et les divisions. Il pourrait bien en aller de même. Il serait seulement rampant et sournois de nous imposer ce projet.

Abdoulaye NDAO
http://abdoulayendao.over-blog.com/
abdoulayendao@gmail.com

« Le bon sens est la chose la mieux partagée»

NON à certaine tolérance !

Repost 0
Commenter cet article